Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes contes de fées

Les trois soeurs et le dragon, troisième partie

Publié le 19 Juillet 2016 par BengiBerte in princesses, dragons, amitié, féminisme, frères et soeurs, un de mes contes

Les trois soeurs et le dragon, troisième partie

Dans les jours qui suivirent, les trois sœurs se relayèrent pour rendre visite aux dragons en cachette. Elles s’amusaient beaucoup à voir les bébés dragons qui couraient à droite et à gauche et qui s’essayaient à cracher du feu. Souvent, elles écoutaient la dragonne qui leur parlait du lointain pays qu’elle avait quitté.

- Je voulais voyager, expliquait-elle. J’avais très envie de voir du pays et découvrir des choses nouvelles.

- Et votre papa vous a laissée voyager toute seule ? s’étonna Rose.

-Bien entendu, répondit la dragonne. J’étais déjà une adulte quand je suis partie. J’étais assez grande pour prendre mes décisions.

- Comme j’aimerais en faire autant ! s’attrista Rose. J’aimerais partir très loin sans demander la permission à mon papa !

- Mais Rose, répondit la dragonne, rien ne t’empêche de venir voyager avec moi !

- C’est merveilleux ! s’écria Eglantine. Nous allons partir toutes les trois !

Rose et Violette échangèrent des regards inquiets. Elles n’avaient jamais voyagé et cela leur faisait très peur. Comment pouvait-on partir de chez soi comme cela ?

- Maman va s’inquiéter si nous partons sans prévenir, murmura Violette.

- Eh bien, nous n’avons qu’à lui laisser un mot ! claironna Eglantine.

- Merci, Maziouf la dragonne ! coupa Rose. Mais nous ne pouvons pas accepter. Nous ne pouvons pas partir comme ça, c’est trop difficile.

- Je comprends, répondit la dragonne. Mais j’aimerais beaucoup vous faire un cadeau car vous vous êtes montrées très gentilles envers moi. Si je vous emmenais quelques mois, cela vous ferais des vacances.

Rose pensa à cette proposition pendant toute la soirée. Elle avait peur d’accepter mais elle avait tout aussi peur de ne pas accepter. Elle savait que tôt ou tard, elle et ses sœurs allaient être mariées et mèneraient alors une petite vie ennuyeuse. Et puis, Rose avait des cousins, des garçons de son âge qui partaient en voyage s’ils en avaient envie. Pourquoi pas elle ? Après tout, chez les dragons, les filles avaient le droit de voyager !

Rose décida de partir et d’emmener avec elle ses sœurs pour les protéger. Quelques semaines s’écoulèrent et un soir, en visitant la grotte, les filles eurent la surprise de trouver les dragons qui volaient dans tous les sens.

- Ils peuvent faire ce grand voyage, maintenant ! annonça joyeusement la maman dragonne. Merci pour tout, petites princesses !

- On aimerait partir avec vous ! annonça Rose.

Ses deux sœurs opinèrent du chef. Alors, la dragonne se baissa pour que les trois sœurs puissent grimper sur son dos et elle les emmena loin, très loin...

ooo

Un an s’écoula. Un jour, les gens du palais royal virent une énorme tache noire dans le ciel. Cette tache s’approcha, grossit, et ils virent qu’il s’agissait d’un énorme dragon qui se posa au beau milieu de la cour. Les gens se sauvèrent en hurlant, terrifiés. Le roi était prêt à appeler son armée quand la princesse Rose sauta du dos du dragon.

- Ne craignez rien ! s’écria-t-elle. Les dragons sont nos amis !

A leur tour, Violette et Eglantine descendirent du dos du dragon et allèrent sauter au cou de leur mère. Le roi, lui, les dévisageait, furieux.

- Comment pouvez-vous revenir comme ça ? s’écria-t-il. Nous étions inquiets, votre mère et moi ! Qui va régner sur le royaume si je ne trouve personne pour vous épouser ?

- Oh, mes chéries ! répétait la mère. J’étais tellement inquiète !

-Nous sommes désolées, avoua Violette. Nous aurions dû prévenir avant de partir.

- Vous n’auriez jamais dû partir ! s’écria le roi, furieux. Je m’en vais vous enfermer dans les oubliettes !

- Non, mon père ! rétorqua Rose. Ce sont les criminels qu’on enferme dans les oubliettes. Mes sœurs ont fugué puisqu’elles sont mineures, quant à moi, j’ai simplement voyagé en veillant sur mes sœurs. Nous ne méritons pas un pareil châtiment !

- Dans ce royaume, les princesses obéissent aux rois ! cria le roi.

- Dans les pays que nous avons visités, les femmes sont les égales des hommes. Elles ont le droit d’épouser qui elles veulent, si elles le veulent. Ces pays sont aussi prospères que les nôtres, sinon davantage. Je refuse de vous obéir plus longtemps !

- Votre sœur a perdu la raison ! s’écria le roi en regardant Violette et Eglantine.

- Non, répondit Violette. Je n’ai jamais vu Rose aussi heureuse que depuis qu’elle a fait ce voyage. Vous la connaissez mon père. Elle est plus intelligente que la plupart des hommes que j’ai croisés. Elle fera une reine extraordinaire.

- De toute façon, vous ne pouvez plus nous obliger à quoi que ce soit, ajouta Eglantine. Les dragons sont nos amis. Ils brûleront tout vifs ceux qui nous voudront du mal.

Le roi s’arracha les cheveux mais rien n’y fit et Rose se mit à prendre part aux grandes décisions du royaume. Elle et ses sœurs firent construire des écoles et des dispensaires, firent construire des logements sains pour tout le monde, organisèrent des référendums et des élections. Des années plus tard, Rose monta sur le trône et devint une reine juste et équitable. Violette et Eglantine, quant à elles, partirent chacune son tour voyager jusqu’au pays des dragons. On raconte qu’elles restèrent à jamais amies avec la dame dragon et avec ses enfants.

La fin !

Commenter cet article