Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes contes de fées

Blanche-Neige, troisième partie

Publié le 10 Juin 2015 par BengiBerte in féminisme, un de mes contes, ambition

La reine et le miroir (Disney)
La reine et le miroir (Disney)

Pendant ce temps, la reine avait continué sa vie comme si de rien n’était. Elle s’imaginait réellement que Blanche-Neige était morte et cette pensée la rendait joyeuse. Cependant, un matin, elle s’adressa ainsi au miroir :

- Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui es la plus belle de ce royaume ?

- C’est Blanche-Neige, répondit le miroir.

- C’est… Blanche-Neige ? Elle n’est pas morte ?

- Non, répondit le miroir. Si je vous le dit, c’est qu’elle n’est pas morte.

- Mais… le chasseur ?

- Ah, lui, il est moins beau que vous deux !

Furieuse, la reine empoigna le miroir et le balança par la fenêtre. Ensuite, elle se ravisa, dévala les escaliers et se pencha sur le miroir qui, chose extraordinaire, avait résisté à la chute.

- Où est-elle ? cria-t-elle.

- Hébergée par des nains mineurs à l’autre bout de la forêt et si ça peut vous consoler, elle a les mains dans la saleté à longueur de journée, répondit le miroir, complètement effaré. Vous voulez bien me raccrocher au mur et me passer un coup de chiffon, maintenant ?

La Reine laissa le miroir en plan et remonta dans sa chambre où elle fulmina pendant un long moment. Ensuite, il lui vint une idée. Elle engagea une cuisinière et lui fit faire une douzaine de petits gâteaux au chocolat dans lesquels elle ajouta du poison. Ensuite, elle se déguisa en paysanne et se rendit à la maison des nains. Justement, Blanche-Neige en sortait et se rendait au marché. Elle la suivit discrètement, attendit de se trouver dans une rue pleine de monde, puis se planta devant elle.

- Prenez un petit gâteau, mademoiselle ! s’écria-t-elle.

Blanche-Neige ne reconnut pas sa belle-mère mais elle n’était pas stupide. Elle savait qu’il ne faut jamais accepter de cadeaux ou de bonbons de la part d’inconnus.

- Non merci, Madame, répondit-elle. Je n’ai pas faim.

- Tu le mangeras plus tard, alors ! Prend un gâteau !

- Très bien, concéda Blanche-Neige. Je n’ai pas envie de chocolat alors je le donnerai à quelqu’un.

- NON ! MANGE-LE TOI-MÊME !

Blanche-Neige prit peur et regarda autour d’elle. Le poste de police se trouvait à deux pas. Elle se précipita à l’intérieur. Comprenant ce qu’elle voulait faire, la reine prit la poudre d’escampette.

En revenant dans son palais, elle ne trouva plus son miroir magique. En effet, quelqu’un l’avait ramassé dans la cour et s’était émerveillé de voir un miroir qui parle. Le miroir, qui en avait plus qu’assez des caprices de la reine, l’avait supplié de l’emmener chez lui pour être enfin tranquille.

La reine monta dans sa chambre et fit les cent pas. Ensuite, il lui vint une idée. Elle prit un grand sac dans lequel elle mit de la nourriture, une couverture et une paire de jumelles et elle alla s’installer dans un arbre, à proximité de la maison des nains.

Pendant plusieurs jours, la marâtre observa tout ce qui se passait aux alentours. Elle pouvait voir l’intérieur de la maison à travers une vitre et elle remarqua quelque chose. Il y avait non loin de là un pommier qui portait de beaux fruits mais Blanche-Neige était la seule habitante de la maisonnette à manger de ces fruits. En effet, les nains aimaient beaucoup les fruits et les légumes mais les pommes n’étaient pas à leur goût.

La reine rentra chez elle et prépara une grande bouteille de poison et une seringue. Ensuite, elle se rendit près du pommier au milieu de la nuit et elle injecta du poison dans toutes les pommes. Enfin, elle rentra chez elle en ricanant.

Le lendemain matin, les nains partirent à la mine. Blanche-Neige les salua, puis prépara son emploi du temps. Elle commença par la vaisselle et le repassage, après quoi elle sortit pour faire une pause. Elle ramassa une pomme, rentra dans la maison en chantonnant, mordit dans la pomme et tomba empoisonnée.

A suivre...

Commenter cet article