Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes contes de fées

Blanche-Neige, quatrième partie

Publié le 14 Juin 2015 par BengiBerte in féminisme, un de mes contes, ambition, amitié

Il vous inspire confiance? A moi non plus.
Il vous inspire confiance? A moi non plus.

Quand les nains revinrent, ils trouvèrent leur amie inanimée et s’effrayèrent. Que lui était-il donc arrivé ?

- Peut-être que si on trouve un médecin vraiment très doué, il pourra la sauver, suggéra l’un d’eux.

- Allons la mettre dehors, proposa un autre. l’air frais lui fera sûrement du bien.

Les nains portèrent Blanche-Neige à l’extérieur. C’est alors qu’un prince arriva sur son cheval et ouvrit des yeux ronds en les voyant.

- Que faites-vous donc ? s’écria-t-il. Qui est cette charmante demoiselle ?

- C’est notre amie et nous sommes très inquiets à son sujet ! répondirent les nains.

- Mais comme elle est jolie ! Je suis fou amoureux d’elle et je veux l’emmener dans mon château pour l’épouser !

- Monsieur, dit l’un des nains, quand nous aurons réussi à la réanimer, vous pourrez lui faire votre demande en mariage et elle décidera si elle a envie de vous épouser ou non !

- Mais elle ne pourra qu’accepter ma demande en mariage puisque je suis fou amoureux d’elle ! s’écria le prince.

Les nains se regardèrent, effarés, puis se retirèrent dans un coin pour parler. Ils trouvaient tous que le prince avait l’air complètement fou.

- Je ne lui fais pas confiance, dit l’un d’eux. Je propose qu’on lui dise de partir tout de suite.

- Moi non plus, je ne lui fais pas confiance, dit un autre. Seulement, il a les moyens de transporter Blanche-Neige dans une grande ville. Je propose qu’on le suive tous. Quand on sera sur place, on trouvera bien un médecin pour la soigner. D’accord ?

Les autres nains acquiescèrent, rassemblèrent leurs affaires et se mirent en route. Les serviteurs du roi portaient Blanche-Neige sur un brancard et les nains le suivaient sans quitter le prince des yeux. Au détour d’un chemin, l’un des serviteurs trébucha, le brancard tomba par terre et la secousse fut telle que Blanche-Neige recracha le morceau de pomme. Aussitôt, elle revint à la vie sous le regard effaré de ses amis.

- Blanche-Neige ! s’écria l’un des nains. Comment tu te sens ?

- Bien ! bafouilla Blanche-Neige. Que m’est-il arrivé ? J’étais en train de manger une pomme, et puis, tout d’un coup, plus rien !

- Oh ! s’écria le prince. C’est mon amour qui t’a ramenée à la vie !

Il se précipita pour embrasser la princesse mais celle-ci le repoussa stupéfaite.

- Qu’est-ce qui vous prend ? s’écria-t-elle. Enfin, je ne vous connais même pas !

- Mais j’ai très envie de vous épouser ! répondit le prince.

- Vous êtes fou ou quoi ? On ne peut pas avoir envie de se marier avec quelqu’un avec qui on n’a jamais parlé !

- J’ai très envie de faire votre connaissance ! insista le prince. Venez dans mon château !

- A ta place, je ne le suivrais pas ! glissa l’un des nains. Il voulait se marier avec toi sans te demander ton avis alors que tu étais inconsciente !

- C’est vrai ? demanda Blanche-Neige. Monsieur le prince, rentrez chez vous ! Vous ne m’intéressez pas et je ne me marierai pas avant d’avoir terminé mes études !

Le prince partit, pas content du tout, tandis que Blanche-Neige et les nains retournèrent dans leur maisonnette. Blanche-Neige resta au lit quelques jours parce que le poison l’avait laissée un peu malade, mais elle se rétablit très vite. Quant à la reine, elle ne se doutait de rien car elle n’avait plus son miroir magique. Elle ne retourna plus auprès de la maisonnette.

Commenter cet article