Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes contes de fées

La fée Toupie et le ciel rose

Publié le 30 Décembre 2014 par BengiBerte in Contes de Noël un peu fous, fées, punitions, culpabilité, tranche de vie (la mienne)

La fée Toupie et le ciel rose

Cette histoire-ci est dédiée à ma nièce. Elle voulait que je lui raconte une histoire de fées. J’ai un peu improvisé et ça a donné l’histoire de la fée Toupie.

Il était une fois une petite fée qui vivait dans la forêt, au pied d’un grand arbre. C’était une fée joyeuse et impulsive, qui ne réfléchissait pas beaucoup. Ce matin-là, en jouant, Toupie trouva des dizaines de pots de peinture et décida de jouer avec.

Il faut dire que c’était de la peinture pour ciel. En effet, tous les soirs et tous les matins, les fées repeignent le ciel en rose, en orangé, en doré et en rouge. C’est ce qu’on appelle des couchers et des levers de soleil. Seulement, elles ne peuvent peindre le ciel qu’avec de la peinture magique. Toupie venait de trouver cette peinture magique. Elle trouva cela très amusant et elle décida de jouer avec. C’est ainsi qu’elle repeignit un grand arbre en rose et en orangé.

Cela lui prit toute la journée. Dans la soirée, les fées peintres arrivèrent, prêtes à repeindre le ciel en rose pour en faire un magnifique coucher de soleil. Quelle ne fut pas leur surprise de trouver les pots presque vides !

- Quelle horreur ! s’écria la chef des peintres. Si nous ne peignons pas le coucher de soleil, la nuit ne pourra pas tomber et personne ne pourra dormir !

En effet, la nuit ne tomba pas. Les oiseaux continuèrent de pépier dans les arbres et les animaux continuèrent de se balader dans la forêt. Dans les villes et les villages, les gens baillaient en regardant leurs montres, se demandant pourquoi le soleil ne se couchait pas. Ceux qui n’avaient pas d’épais rideaux à leurs fenêtres passèrent une très mauvaise nuit. Le lendemain, ils se réveillèrent les yeux bouffis de sommeil en se demandant ce qui s’était passé.

Pendant ce temps, les fées n’avaient pas chômé. Ensemble, elles avaient retrouvé la liste des ingrédients de la peinture pour ciel : des crins de licorne, de la suie de dragon, des éclats d’arc-en-ciel, des racines de mandragore et des plumes de phœnix. Ce sont des ingrédients très rares et très difficiles à trouver, c’est pourquoi elles étaient presque toutes parties en volant du plus vite qu’elles le pouvaient. Seule une petite fée qui s’appelait la fée Moissa restait sur place et cherchait à droite et à gauche.

- Toupie ! criait-elle. Toupie, où es-tu ? Toupie, j’ai trouvé ton écharpe dans un des pots de peinture. Je sais que c’est toi qui as joué avec !

Toupie pouvait l’entendre mais elle ne bougeait pas et restait bien cachée, tout au fond du trou d’un écureuil. Elle savait qu’elle avait fait une grosse bêtise et elle avait très peur d’être punie ! Cependant, la fée Moissa ne décolérait pas.

- Toupie ! Vilaine fée, sors immédiatement! Vilaine!

En entendant cela, Toupie se met à pleurer. Elle pensait très fort qu’elle n’était pas vilaine, qu’elle avait juste voulu jouer et que les autres fées ne la comprenaient pas. Elle décida de se cacher pour toujours et partit loin, très loin, jusqu’au bout de la forêt.

Pendant ce temps, les fées avaient finalement réuni tous les ingrédients pour préparer de la peinture. Elles versèrent tout dans une grande marmite, mélangèrent, firent mijoter et obtinrent de jolis pots de toutes les couleurs. Cela leur prit plusieurs jours pendant lesquels les gens dormirent mal, la tête sous les couvertures. Enfin, les fées ramassèrent leurs pots de peinture et peignirent le coucher de soleil.

De sa cachette, Toupie vit le soleil se coucher. Elle aussi avait mal dormi et se sentait très mal. Elle avait envie de retourner voir les fées et de leur demander pardon. Après tout, pourquoi pas ?

Elle se mit donc en route mais quand elle arriva au bord de la clairière, elle tomba sur Moissa qui devint folle furieuse et se mit à crier. Toupie prit peur et se sauva en pleurant. Elle pleura encore et encore, blottie dans le creux d’un arbre. Au bout d’un moment, l’arbre eut pitié d’elle et lui parla.

- Voyons, dit-il, il ne faut pas en vouloir à la fée Moissa. C’est une fée très sérieuse, tu sais, et elle aime quand le ciel est peint correctement. C’est normal qu’elle soit un peu en colère et cela lui passera.

Alors, Toupie sécha ses larmes et une idée lui vint. Elle parcourut la forêt et ramassa une fleur pour chacune des fées. Elle prit bien soin de choisir la fleur préférée de la fée Moissa et elle vola très vite en direction de la clairière. Evidemment, toutes les fées dormaient. Alors, Toupie déposa une fleur auprès de chaque fée et se cacha dans un coin.

Quand les fées se réveillèrent, elles furent bien étonnées de trouver ces fleurs auprès d’elles. Et puis l’une d’elle appela :

- Toupie, c’est toi ? Tu es là ?

Toupie se montra et les fées lui sautèrent au cou. Toutes ensemble, elles dansèrent de joie, après quoi elles prirent leurs pinceaux et allèrent repeindre le ciel pour le lever du soleil.

La fin !

Commenter cet article