Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes contes de fées

L'histoire de Poséidon

Publié le 28 Décembre 2014 par BengiBerte in Contes de Noël un peu fous, un de mes contes, mythologie, colère, émotions, monde marin, tranche de vie (la mienne)

L'histoire de Poséidon

Je reviens de vacances chez ma sœur. A l’occasion, j’ai beaucoup joué avec mon neveu et ma nièce. Ils ont été une grande source d’inspiration et je leur dédie ces contes de Noël un peu fous. Tenez, par exemple, en prenant l’apéritif, je me suis fait la réflexion que certaines personnes ont des personnalités qui évoquent celles des dieux grecs. Oui, je sais, Jung l’a pensé avant moi et on appelle ça des archétypes, mais ça se vérifie. Ma mère, par exemple, est gentille et maternelle comme Déméter. Mon père est un sacré blagueur, comme Hermès. Ma nièce aime les jolies choses, comme Aphrodite, quand à mon neveu, il a piqué une grosse colère pendant l’apéritif, ce qui m’a fait penser au dieu des Océans, le grand Poséidon. Voici son histoire, adaptée par mes soins.

Il y a bien longtemps, à l’époque où les humains ne peuplaient pas encore la Terre, vivaient trois dieux, trois frères. Ils avaient décidé de se partager la Terre et d’y régner, et pour cela, ils avaient tiré à la courte paille. Zeus obtint le ciel, Hadès, le monde souterrain et Poséidon, les océan.

Zeus, qui était un sacré mégalo, était bien content d’avoir le ciel, d’où il pouvait absolument tout voir. Hadès, qui était un peu timide sur les bords, appréciait les étendues tranquilles des Enfers où personne ne venait l’embêter. Mais Poséidon, qui aurait préféré avoir le ciel, se trouva furieux. Il commença par crier à l’injustice mais rien n’y fit et il fut bien obligé de descendre habiter dans les océans.

Un humain serait bien embêté de devoir habiter sous l’eau mais les dieux grecs n’ont pas besoin de respirer, et ils n’ont jamais froid non plus. Poséidon découvrit vite des merveilles sous les océans : des massifs de coraux gigantesques, des poissons multicolores, des villes, des algues délicates comme de la dentelle et des gens couverts d’écailles. Tout cela plut à Poséidon qui décida de tout réorganiser en tant que roi des océans. Il se fit faire un immense palais et un char magnifique traîné par des hippocampes. Ensuite, il rencontra une jeune déesse qui, elle était née dans l’océan. Elle s’appelait Amphitrite et elle n’avait pas de jambes, juste une queue de poisson. Poséidon tomba amoureux d’elle et la demanda en mariage. Elle accepta et ils eurent des enfants.

Ensuite, Poséidon se sentit à nouveau triste. Il avait une femme merveilleuse, de beaux enfants, un char superbe, mais il ne pouvait s’empêcher de penser à ce qu’avait son frère aîné. Sûrement, sa vie à lui devait être bien plus belle que la sienne ! Parfois, il ne pouvait s’empêcher de piquer de grosses colères et d’envoyer des raz de marée inonder les cotes. Zeus s’en fichait et Hadès n’était même pas au courant mais Poséidon continuait de s’énerver et de créer des tempêtes dans l’océan. C’était vraiment un dieu très colérique.

Amphitrite, sa douce et patiente épouse, tentait bien évidemment de le calmer, mais cela n’était pas chose facile. En effet, le dieu de la mer ne voulait rien entendre. Il répétait : « Mais c’est injuste ! On a une bien plus belle vue de là-haut ! Pourquoi Zeus serait-il le seul à pouvoir profiter de la vue ? » Et Amphitrite soupirait et prenait son mal en patience.

Cela dura longtemps. Enfin, un jour, Amphitrite en eut assez et se planta devant son époux pour protester.

- Cela n’est plus possible ! cria-t-elle. On en a assez de tes raz-de-marée et de tes colères ! Tu fais peur aux enfants et tu perds ton temps en faisant cela ! Il faut que tu t’arrêtes !

Poséidon devint fou furieux et il frappa sa femme. Amphitrite resta stupéfaite, puis partit à toute vitesse. Elle enjoignit aux aînés de ses enfants d’emmener les plus jeunes chez leurs cousins, là où ils seraient en sécurité, et elle partit se réfugier très loin, tout au fond d’une grotte marine. Et Poséidon se trouva bien embêté car il aimait énormément Amphitrite. Tout penaud, il se rendit au bord de la grotte et appela Amphitrite, la suppliant de revenir avec lui mais elle ne voulut rien entendre. Il cria, il pleura, mais il ne savait pas comment raisonner son épouse. Il se sentait très triste. Pourquoi, oh, pourquoi avait-il été aussi méchant ?

C’est alors que deux jolis dauphins passèrent près de lui. Les dauphins, voyez-vous, sont des animaux merveilleux, très gentils et très intelligents. Poséidon leur fit signe tandis qu’ils passaient.

- S’il vous plait ! cria-t-il. Mon adorable épouse ne veut plus me parler parce que j’ai été très méchant avec elle. Voulez-vous bien aller lui parler et lui dire que je suis désolé ?

Les dauphins virent à quel point Poséidon avait l’air triste. Ils entrèrent donc dans la caverne et ils firent les clowns, jouèrent et chantèrent avec Amphitrite, à tel point qu’elle finit par éclater de rire. Enfin, les dauphins lui rapportèrent ce qui venait de se passer et la déesse marine consentit à sortir.

- Je veux bien revenir avec Poséidon, décida-t-elle, à condition qu’il ne me frappe plus jamais et qu’il soit toujours gentil avec nos enfants.

Poséidon fut fou de joie. Il tint parole et se montra toujours gentil avec sa femme et ses enfants. Et ils vécurent heureux.

Note de l’auteure : les passionnés de mythologie l’ont sûrement remarqué, j’ai fait de grosses entorses à l’œuvre originale. J’espère que vous me pardonnerez. Oh, et la photo vient de morguefile. Bonnes fêtes de fin d’année à tous !

Commenter cet article